Grand Maître Nam Anh

Les neiges d’antan, mon vrai bonheur c’étaient les moments, resté devant le grand feu des buches de la veille du nouvel l’an lunaire à contempler les langues rougeoyantes léchant le pourtour de l’énorme marmite de gâteaux de riz fumant et bouillant. La chaleur de la braise rouge chasse progressivement la nuit sombre et le froid pénétrant des régions montagneux du nord. La voix de mon grand père sonne en écho dans la nuit tardive derrière les histoires apeurant de la foret vierge qui me font retrancher au fond de ses genoux et qui forcent les gens à s’écarter leurs yeux pour saisir les moindres détails.

Mon grand père est fort, solide et de grande taille, sa voix est vibrante et ses yeux qui lancent des éclairs électrifiant sèment la peur et même les animaux féroces évitent de croiser son chemin. L’été 1977 j’ai reçu une lettre tardive de sa part, venue de l’autre coté du 17 parallèle lointain. Mon cher petit fils, bien aimé !

Récemment j’ai su la nouvelle que tu as réussi et devenu un maitre expert dans le kung-fu au sud, je suis très heureux et content mais reste mon seul désir de te rencontrer afin que nous puissions au moins, pour une fois, discuter de l’art martial mais pas comme il était une fois étant jeune enfant ?

Mes yeux sont embrouillés de larmes et l’image de mon grand père est revenue dans le froid d’antan. Il est là, debout solide et majestueux comme un vieux pin mais souriant dans ses regards. Mon grand père, la personne qui m’a guidé sur le chemin de mille lieux où j’ai commencé par mes premiers pas titubants.

Montréal, l‘été 2018
Grand maitre Nam Anh

 

 

Issu d’une famille possédant une longue tradition dans les arts martiaux, le Grand Maître Nam Anh fut initié à la voie martiale Shaolin par son grand-père dès un tout jeune âge.

En 1959, il entreprit l’étude du Wu Tang sous la supervision du Grand Maître Kwan Say Ming.

Suite à une admission sélective en tant que membre de l’Association Internationale des Arts Martiaux Ching Woo, un concours de circonstances l’a amené à rencontrer le Grand Taoïste Tchuong Tchong Fu.  Ce hasard le mena à suivre un entrainement intensif en Wu Tang dans une pagode dans les montagnes de Vung Tau, de 1967 à 1969.

De 1969 à 1975, il étudia le Wing Chun.

Comme disciple du Maître Ho Hai Long (Nguyen Duy Hai de son vrai nom), lui-même héritier des enseignements du Grand Maître Nguyen Te Cong. Ce fut également vers cette période que Me Nam Anh et Me Ho Hai Long fondèrent l’École du Chan-Chi-Tao, qui signifie la voie de la méditation et du chi.

Plus tard, un hasard karmique l’introduisit auprès du Grand Maître Hang Van Giai au camp de concentration Chi-Hoa.

Liés par une même destinée, les deux détenus politiques sont rapidement devenus de bons compagnons. Dans des moments difficiles, il fut initié aux sciences ésotériques de la géomancie, la physiognomonie et les arts divinatoires entre 1975 et 1977. Suite à sa libération, ce fut grâce à la recommandation de Hang Van Giai qu’il a pu être accepté comme disciple intime du Grand Maître Nguyen Minh afin de perfectionner ses connaissances du Wing Chun, de 1977 à 1983. Par la suite, le Grand Maître Nam Anh obtint le grade de ceinture rouge neuvième degré et fut choisi, par la délégation du Temple du Diamant, Grand Maître dirigeant de la sixième génération de l’École orthodoxe Shaolin Wing Chun au Vietnam. Sa sélection fut notamment attribuée à ses connaissances et ses liens étroits avec la société moderne. Entre-temps, en 1978, il rencontra Liu Ping, un confrère taoïste de Tchuong Tchung Fu, qui le pris sous son aile en tant que disciple de confiance et devint son guide spirituel.

Exceptionnellement, en 1979, il mena de front l’étude du Pak Mei orthodoxe au Vietnam.

Grâce à un geste empreint d’humanité envers le fils du Grand Maître Chong Wai Bac (Chong Bi Tac, le maître aveugle), il fut introduit au Grand Maître dirigeant de l’École Pak Mei orthodoxe, Loo Ping Woon. Afin d’approfondir ses connaissances martiales et poursuivre sa quête vers les combats ultimes, le Grand Maître Nam Anh entreprit dès lors l’apprentissage du Pak Mei. En 1986, le Grand Maître Loo Ping Woon légua au Grand Maître Nam Anh la dernière forme du Pak Mei, avant son départ vers l’Amérique. En 1997, suite à la mort du Grand Maître Loo Ping Woon, il devint le Grand Maître dirigeant de l’École Pak Mei de la lignée Loo Ping Woon, ce qui entama la fin des hostilités entre les deux Écoles au Vietnam.

Tout en menant une carrière dans les arts martiaux, le Grand Maître Nam Anh s’adonnait également à d’autres activités professionnelles :

• Détenteur d’une Maîtrise en Droit International Public de l’Université de Saïgon et Licencié ès Lettres en langue française et allemande de la Faculté de Pédagogie du même établissement

• 1969 à 1973 : membre du Syndicat des Journalistes du Vietnam, adjoint au rédacteur en chef de la revue « Vo Thuât » ou « Arts martiaux », unique en son genre au Vietnam à cette époque

• 1973 : membre du Barreau des Avocats du Vietnam

• 1973 à 1975 : conseiller juridique de l’ambassade de France au Vietnam

• 1977 à 1986 : membre de l’Association des Juristes du Vietnam

• À son arrivée au Québec, en 1986, il devint instructeur de Kung Fu au Centre d’éducation physique et des sports de l’Université de Montréal (CEPSUM) pendant plus de neuf ans, tout en suivant des études supérieures en Droit du Commerce International à l’Université de Montréal.

Le Grand Maître Nam Anh, président-fondateur de la Fédération Internationale de Shaolin Wing Chun Nam Anh Kung Fu et de la Fédération orthodoxe Nam Anh Pak Mei. Il est également à la source de l’ordre des Anmanathérapeutes du Québec et auteur de plus de 16 ouvrages divers portant sur les arts martiaux, les langues, l’architecture, la médecine orientale et l’astrologie chinoise, tous publiés au Vietnam entre 1969 et 1975.



1959

Il entreprit l’étude du Wu Tang sous la supervision du Grand Maître Kwan Say Ming

Suite à une admission sélective en tant que membre de l’Association Internationale des Arts Martiaux Ching Woo, un concours de circonstances l’a amené à rencontrer le Grand Taoïste Tchuong Tchong Fu.  Ce hasard le mena à suivre un entrainement intensif en Wu Tang dans une pagode dans les montagnes de Vung Tau, de 1967 à 1969.

Grandmaster
Grandmaster 2
Grandmaster
De 1969 à 1975

Il étudia le Wing Chun

Comme disciple du Maître Ho Hai Long (Nguyen Duy Hai de son vrai nom), lui-même héritier des enseignements du Grand Maître Nguyen Te Cong. Ce fut également vers cette période que Me Nam Anh et Me Ho Hai Long fondèrent l’École du Chan-Chi-Tao, qui signifie la voie de la méditation et du chi.